Aliens / Prometheus / Predator / AvP : Le Feu et la Roche

 

 

L’univers ALIEN au centre d’une saga sang pour sang S.F.

 

acheter

De nombreuses questions métaphysiques sont abordées ; pourquoi avons-nous été créés par les Ingénieurs ? Pourquoi voulons-nous à tout prix rencontrer notre créateur ? Le dépassement de la condition humaine est-il un véritable but ? Questions le plus souvent posées par un personnage extrêmement intéressant ; Elden le synthétique contaminé par la matière noire dont l’effrayante évolution se dévoile au fil des tomes pour se finir lors des dernières pages. Une excellente lecture qui propose un fil conducteur crédible liant les différents univers cinématographiques entre eux.

-ComicsPrime

C’EST QUOI ?

Une suite officielle au film Prometheus en cinq tomes, se déroulant dans l’univers étendu Alien qui regroupe Aliens, Predator et Alien vs Predatoren bande dessinée. Les cinq tomes de la saga Le feu et la roche ont été supervisés par les producteurs afin de garantir une cohérence avec les films passés et futurs. Les tomes individuels de cette saga sont publiés au format .255, celui des Éditions Spéciales, et le nombre d’exemplaires en circulation est restreint à 1000 de chaque.

POUR QUI ?

Elle est sérieuse cette question ? On précise toutefois que, s’il n’est pas nécessaire d’avoir lu d’autres B.D. Aliens, Predator ou AvP avant d’entamer la lecture de cette saga, avoir vu les films Prometheus, Aliens, le retour, et au moins un Predator ou un Alien vs Predator aidera grandement à la compréhension de ce qui s’y déroule. Et, à l’inverse, on conseillera vivement à ceux qui n’aiment pas les films pré-cités de ne pas mettre leur nez dans les B.D. qui en sont tirées… forcément.

DE QUOI ÇA PARLE ?

En 2219 la firme Weyland-Yutani envoie une équipe chargée de récupérer ce qui peut l’être de l’épave du Prometheus, le vaisseau d’une mission scientifique parti explorer la lune LV-223 dont on avait mystérieusement perdu la trace. Mais en lieu et place du paysage désolé qu’ils pensaient trouver, l’équipe découvre une jungle luxuriante et peuplée de créatures jusqu’alors inconnues. Plus étrange encore, ce n’est pas l’épave du Prometheus qui est découverte, mais un vaisseau en provenance de Hadley’s Hope, la colonie humaine établie sur la lune voisine LV-426, et qui a depuis été annihilée par une explosion nucléaire.

POURQUOI ON L’AIME ?

Parce qu’au lieu de rester figé dans les carcans du film de 1979, l’univers Alien est en perpétuelle expansion depuis 1986 et le second film. Un univers étroitement lié à la B.D., incluant de nouveaux concepts qui seront ensuite inclus et repris dans les jeux-vidéos, les romans, et bien sûr les films sortis depuis. Oui, les Predators en font partie. Oui, d’autres créatures existent. Et oui,  Le feu et la roche est une saga étonnante, réussie et captivante. Et ceux qui ont été déçus par le manque d’aliens dans le film Prometheus vont avoir leur dose de xénomorphes dans la B.D.

Prometheus-wetta

La Feu et La Roche, tome 1 : PROMETHEUS

La Feu et La Roche, tome 2 : ALIENS

La Feu et La Roche, tome 3 : PREDATOR

La Feu et La Roche, tome 4 : AvP

La Feu et La Roche, tome 5 : PROMETHEUS Omega

Aliens Solitaire – Édition Hardcore

 

acheter

 
L’UNIVERS ÉTENDU ALIEN :

Ayant abandonné l’idée de réaliser un préquel direct à son Alien de 1979, Ridley Scott avait choisi l’option nettement plus intéressante et subtile de revisiter l’origine des espèces sous l’angle de la théorie des anciens astronautes avec le film Prometheus en 2012. Un film qui partage avec Alien, selon ses propres dires, « le même ADN », sans se forcer à souligner la filiation qui existe entre les deux.

Ce « gène Alien », la bande dessinée l’avait déjà greffé à une autre série de S.F. : Predator, développant depuis 1990 avec AvP un univers partagé de manière cohérente entre les deux créations et passé depuis du statut de crossover à celui d’une véritable fusion baptisée « l’univers étendu Alien ».

Aujourd’hui, Le feu et la roche ouvre grand les portes de cet univers aux concepts de Prometheus, établissant les liens entre ce dernier et les trois différentes sagas initiées par Alien, Predator et AvP.


Image tirée de la B.D.

Image tirée de la B.D.

 

LE FEU ET LA ROCHE, TOME 1 : PROMETHEUS

Prolongeant le film éponyme (Ridley Scott, 2012) en lui donnant une suite de déroulant 90 ans après le départ d’Elizabeth Shaw, ce Prometheus pose les bases de la saga Le feu et la roche, introduisant les personnages et les enjeux via l’exploration de LV-223. Un parcours violemment perturbé par la présence de xénomorphes, qui révèlera les vrai visage des protagonistes.

Un excellent début signé Paul Tobin et Juan Ferreyra, auteurs du cauchemardesque Colder (nominé pour le prix Eisner de la meilleure série limitée en 2014)

CE QU’ILS EN PENSENT :

« Le Feu et la roche est en effet un ambitieux projet mêlant tous les univers ayant présenté les cultissimes Xénomorphes.» – La Ribambulle

« Pour les fans de l’univers d’Alien et les nombreux déçus par le film Prometheus, un comics d’excellente qualité qui remet le xénomorphe sur le trône de la terreur !» – Planete BD


Image tirée de la B.D.

Image tirée de la B.D.

 

LE FEU ET LA ROCHE, TOME 2 : ALIENS

L’action débute en parallèle du film Aliens, Le retour (James Cameron, 1986) et révèle les origines de l’infestation xénomorphe sur LV-223. Après une première partie racontant la survie d’un groupe d’humains affrontant dans l’angoisse toute l’horreur de la situation face à des créatures aussi meurtrières qu’inconscientes, la seconde se concentre sur la dégénérescence mentale du personnage principal, abandonnant peu à peu la raison, pourvu qu’il puisse résister le plus longtemps possible à la fatalité.

Une préquelle à l’ambiance lourde et nihiliste, sublimée par le trait sobre et rugueux de Patric Reynolds, mis en valeur dans la version monochrome (et indépendante de la saga) publiée sous le titre Aliens Solitaire en 2017.

CE QU’ILS EN PENSENT :

« Avec son dessin à la fois sombre et réaliste, l’ambiance est posée. La terreur est bien là et le cauchemar continue de plus belle. À ma connaissance, le plus beau comics sur Alien.» – BD Fugue

 « La peur et les rancœurs prennent le dessus et si le xénomorphe reste le grand croque-mitaine du récit, il est un prétexte à une tension permanente qui exacerbe avec une grande efficacité les interactions entre les protagonistes, un peu à la manière d’un Walking Dead spatial.» Planete BD

« La force de cette saga est d’avoir su retranscrire les éléments inhérents aux films dont ils sont tirés. Ce deuxième tome ne déroge pas à la règle et c’est tant mieux.» – MDCU


 

Image tirée de la B.D.

Image tirée de la B.D.

LE FEU ET LA ROCHE, TOME 3 : PREDATOR

Fidèle à l’approche virile et guerrière des films qui lui ont donné naissance, cet épisode joue la carte de l’action explosive et décomplexée. Centré sur les rapports entre Galgo (formidable salopard plaçant son intérêt personnel au-dessus de tout le reste) et un Yautja borné, aussi peu enclin à la délicatesse qu’obsédé par l’idée d’ajouter un crâne d’Ingénieur à sa collection, ce Predator mettant en vedette un duo aussi improbable que ravageur se pose en hommage réussi aux meilleurs « buddy-movies » des 80’s (humour inclus), en plus d’être un formidable défouloir pour ses auteurs et le lecteur.

Méchamment jouissif !

CE QU’ILS EN PENSENT :

« Christopher Mooneyham (retenez ce nom !) réalise un travail magnifique, qui m’a rappelé les styles de Klaus Janson et Matteo Scalera (Black Science), c’est-à-dire un trait brut, sauvage, puissant qui convient parfaitement.» « L’intrigue a pris son envol, les enjeux sont posés, et pour parachever le tout, les dessins sont de qualité.» – Salon Littéraire

« On s’éclate à suivre les aventures de ce Predator.» – ComicsOvore

« Aussi improbable et fun qu’un authentique buddy-movie de la grande époque » – Frenetic Arts


avp-wetta-banner

Image tirée de la B.D.

LE FEU ET LA ROCHE, TOME 4 : AvP – ALIEN vs. PREDATOR

Contre toute attente, c’est bien cet AvP (titre « bourrin » par excellence) qui  apporte toute sa saveur à la saga. Si les mutations causées par l’accélérant et la férocité des xénomorphes sont l’occasion d’ouvrir les vannes d’hémoglobine et d’agrandir le bestiaire de l’univers étendu Alien (un Predator, un synthétique et un humain métamorphosés par la « boue noire » de Prometheus), cet épisode s’éloigne peu à peu de l’approche littérale de l’action pour se centrer sur l’aspect philosophique de la saga. On passe alors à une lecture presque métaphorique, évoquant la condition humaine et les rapports à la nature et la divinité, dans les dialogues entre Elden (dont le nom évoque un fameux jardin) et Francis.

Le synthétique mutant, totalement bipolaire, incapable de gérer ses émotions naissantes et dont la logique d’androïde est inapte à percevoir le sens de la vie (une information que son programme cherche à assimiler coûte que coûte, quitte à massacrer tout le monde), l’humain dont l’esprit tente de survivre à la matière qui le dévore, et le Predator s’abandonnant complètement à la force brute qui l’anime, entament  une danse de la mort où chacun atteindra ses limites.

La patte d’Olivetti porte à la perfection ce récit aussi captivant qu’étrange, rappelant les bandes dessinées de S.F. des années 70. Grand, réfléchi, déroutant et envoûtant.

CE QU’ILS EN PENSENT :

« Ce qui frappe quand on ouvre ce quatrième et avant dernier tome, c’est la beauté du dessin. Ariel Olivetti et ses peintures élégantes donnent un cachet incroyable à ce volume. Nous ne sommes plus dans le graphisme sauvage du tome 3, mais dans une majesté inattendue.» –Salon Littéraire

« une série qui a décidément une gueule de porte-bonheur.» – Planete BD


Banner-Prometheus-Omega-Wet

Image tirée de la B.D.

LE FEU ET LA ROCHE, TOME 5 : PROMETHEUS OMEGA

Alors que chaque épisode tenait en lui sa propre conclusion à la saga (perte et abandon dans Prometheus, défaite face à une nature hostile dans Aliens, nécessité de s’adapter et de s’unir dans Predator, conflits physiques et intérieurs menant au néant dans AvP…) Kelly Sue DeConnick (Pretty Deadly) apporte dans ce cinquième et dernier tome un épilogue à deux niveaux de lecture, glissant d’une description terre à terre des événements à une allégorie sur le sens de la (sur)vie. Angela et les survivants vont-ils trouver des réponses à leurs questions ? Pourront-ils quitter LV-223 ? Elden, déçu par sa nouvelle condition d’être vivant, va-t-il y mettre un terme ? Une conclusion entre espoir et désillusions, illustrée par Agustin Alessio.

La seconde partie de cet album revient sur la genèse de la saga Le feu et la roche avec de nombreux croquis préparatoires, l’histoire courte Le rapport Hicks qui introduit l’Onager dans la continuité d’Aliens, et une galerie d’illustrations signées Fiona Staples (Saga), Mike Mignola (Hellboy), Alex Maleev (Daredevil), Paul Pope (Battling Boy) et reprenant les peintures d’E.M. Gist, David Palumbo et Lucas Graciano. La quatrième de couverture est signée Patric Reynolds.

CE QU’ILS EN PENSENT :

« un regard plus contemplatif qui s’efforce de répondre à la vraie question de Le Feu et la Roche, et de Prometheus : pourquoi avoir ainsi crée la vie… Un final convaincant et sympathique, joliment mis en image par Augustin Alessio qui comme sur Star Wars Legacy pratique un style assez réaliste rapprochant considérablement les planches de leurs homologues cinématographiques.» – Frenetic Arts

 

Prometheus-wetta

La Feu et La Roche, tome 1 : PROMETHEUS

La Feu et La Roche, tome 2 : ALIENS

La Feu et La Roche, tome 3 : PREDATOR

La Feu et La Roche, tome 4 : AvP

La Feu et La Roche, tome 5 : PROMETHEUS Omega

Aliens Solitaire – Édition Hardcore

 

acheter
 

LE FEU ET LA ROCHE

PROMETHEUS / ALIENS / PREDATOR / AvP

Scénario : Paul Tobin, Kelly Sue DeConnick, Joshua Williamson, Chris Roberson, Christopher Sebela

Dessins : Juan Ferreyra, Ariel Olivetti, Patric Reynolds, Christopher Mooneyham, John Lucas, Augustin Alessio, David Palumbo, E.M. Gist

Collection : REPLAY

Origine : États-Unis